Le paysage des sites web des institutions publiques au Cameroun est truffé de laideur : Ministères, entreprises d’État, partis politiques semblent s’être lancés dans un concours « Miss la plus laide » sur le web.25 000 emplois en 2011. Le nouveau truc de Popol pour qu’on le vote en 2011. La pilule semble passer et le ministère chargé de cette affaire y est allé de tous ses soins pour que personne n’ose accuser Popol en Octobre 2011de promesse non tenues. Les informations pour devenir l’un des heureux élus sont partout…Y compris sur le site web du ministère de la fonction publique et de lé réforme administrative. Entrez y et découvrez la laideur faite web. Un site désordonné, mal organisé, je-m’en-foutiste. Un gros truc de n’importe quoi sans aucune ergonomie, avec un visage aussi touffu qu’un tas de cactus. Bannières déformées, traitement d’image de l’époque de l’âge de la pierre taillée…Ne demandez surtout pas la facture de ce machin…Vous pourriez tomber en syncope.

Mais il n’est pas le seul. Le site web du ministère de l’enseignement supérieur a été l’un des top 5 des sites camerounais les plus visités pendant près de trois ans. Il n’en a pas profité pour sortir du thème par défaut de mambot/joomla que les administrateurs n’ont même pas pris la peine au moins de rendre plus beau…Et depuis, ce site web se pavane avec son inélégance. Vous vous rendez compte…l’enseignement supérieur au niveau le plus inférieur de l’ergonomie du web ! Et les gars semblent s’en foutre.  Tenez en main votre coeur si vous allez visiter le site web du ministère de la promotion de la femme. Je lui donne volontiers le prix du site le plus laid du Cameroun…En plus aux frais du contribuable. Le ministère de l’environnement, celui des forêts et de la faune, le ministère du tourisme, etc. tous ces ministères sont presque pareils avec leurs sites à la gueule approximative, plus destinés à remplir les poches de quelques web-masters véreux, sans scrupules et qui n’ont aucun respect pour l’image de marque du Cameroun et le rôle de service publique. Parmi les exceptions les plus remarquables, le MINATD a cessé de souiller le Cameroun. Enfin parce qu’ils étaient au top 10 des hideurs du web camerounais. Vous imaginez que les gars avaient un site en .org où ils avaient mis un truc qu’ils pensaient qu’on peut appeller « fichier électorale en ligne », dans une ergonomie qui n’avait aucun respect des normes du web…Aujourd’hui, ils se sont bien ressaisi et leur nouveau site est plutôt bien fait…Le site web du Premier Ministère et les deux sites de la présidence du Cameroun  (celui-ci et celui-là) sortent complètement du lot…Ils sont à la dimension de ce que doit au minimum être un site d’une institution républicaine et je dois dire que je suis fier d’envoyer les liens à des amis de quelques pays.

Les sites des entreprises publiques quant à eux sont en pleine mutation. Ils m’avaient effrayé au départ, dans les années 2005-2008. Ils étaient tous ou presque en html basiques…avec des images mal traitées…comme si quelqu’un se moquait des camerounais. Aujourd’hui, quelques uns prennent de l’envol comme le remarquable site de CAMTEL, Cameroon Tribune, CAMPOST, SNI, etc qui ont tous rénové leurs sites. Bonne note aussi pour l’ANTIC qui sans être extraordinaire, a quand même échappé au « n’importe quoi ». Mais les autres sont à la traine. L’ARMP se cherche encore, la SNH et le FEICOM sont dans l’à peu près même s’ils sont pas mal, le FNE a une mauvaise ergonomie et un mauvais design malgré sa bonne base de données,  les CCIMA, et autres restent touffus, la CRTV a du mal à prendre les marques d’un design multimédia à dimension internationale…bref, beaucoup de copies sont à revoir.

Côté université…On dirait que seuls l’université de Soa et l’IRIC savent ce que c’est qu’un design de site universitaire…Toutes les autres sites web des universités publiques sont à l’image de la médiocrité célébrée du site du ministère de l’enseignement supérieur…J’ai dit médiocrité….

Même les gars de l’École polytechnique de Yaoundé n’ont pas réussi à produire un truc intéressant. Polytech aurait certainement gagné à confier ce site à quelques uns de ses meilleurs étudiants.

Dans le domaine des institutions politiques, la situation est carrément cauchemardesque. Les partis politiques camerounais croient presque tous qu’avoir un site web, est comme avoir un pain chocolat…C’est à dire que tout est permis à partir du moment où le voisin d’à côté peut vous l’offrir. Regardez les sites le SDF, le RDMC, le PDC, UDC, UPC, RDPC (le site de la sous-section de Toulouse est largement plus professionel), Génération 2011 (excellent pour une ONG ou une entreprise, mais loin du standard pour un mouvement politique), BRIC machin chose…Tous ces sites souffrent d’un « je veux un site web quel qu’il soit » chronique. Quelques exceptions…le site de Kah Walla…Et encore, elle n’a pas encore de site…Elle a juste une page web d’excellente qualité. On verra d’ailleurs avant de conclure pour de bon parce que la première version était plutôt morose. L’Offre Orange vient aussi d’améliorer son ancien torchon pour en faire un truc un peu plus présentable, mais qui reste à améliorer…l’UPC tendance Mackit se débrouille aussi…

Mais tous laissent encore sur la soif. Franchement, on dirait que les partis politiques s’appuient sur le njooh (gratuit) et donc, n’ont aucune rigueur sur la qualité des sites web réalisés…Et ceux qui peuvent avoir les moyens, semblent s’appuyer sur les cousins autoproclamés web-masters qui offrent des sites web à moins de 50 000 FCFA…qu’ils vont facturés à plus que ca auprès de la hiérarchie du parti. S’il fallait juger la stature d’un candidat ou d’un parti à sa capacité à faire vivre au moins sa propre image…Popol sera président à vie. Ses deux sites presque perso de la présidence sont sans concurrents. Et la vérité qu’en dépensant 5 à 20 fois moins que ce qu’il a dépensé pour ses sites, on peut avoir des résultats au moins de même niveau.

 

Côté des autres institutions, notons le complètement haut de gamme site web de la FECAFOOT…Et on a d’ailleurs envie de dire enfin…parce que là bas aussi, les choses n’ont pas souvent été aussi évidentes. Le grand GICAM reste dans la débrouillardise…Je trouve intolérable que toutes les grosses entreprises du Cameroun ne soient capables que de faire ce qui est le site actuellement en ligne…Et dans la généralité, les sites des associations, groupements d’intérêt public culturels, sportifs sont dans la débrouillardise complète.

En réalité tous ces sites souffrent de lacunes parfois simples, mais que la légendaire impunité camerounaise berce :

  • Traitement approximatif des images….On va parfois de légers ratés à des scandales complets comme la bannière du site du MINFOPRA qui rien que pour ca…mérite que les personnes qui salissent avec une telle perfection l’image du Cameroun rendent des comptes.
  • Designs peu travaillés
  • Ergonomie mal pensée
  • Déphasage avec les normes du web
  • Fonctionnalités relatives
  • Noms de domaines peu professionnels (.net, .com pour des sites de structures ayant des fonctions profondément nationales)
  • Mauvaise exploitation des CMS
  • Non respect des couleurs et symboles du Cameroun

Pardon…Vous tous qui avez de faux sites web là…Excusez nous ooooo. Dites à vos frères que les marchés de site web là…le Cameroun veut qu’ils soient confiés à de vrais professionnels à qui vous allez payer ce qu’il faut…Et lâchez nous les baskets avec les laideurs que vous mettez en ligne en notre nom. C’est même comment avec vous non ?

 

Publicités