C’est vraiment par hasard que je suis me suis arrêtée sur STV2 ce jour là. Il n’y avait pas de bons films à Canal et les autres trucs qu’on montrait à la télé me donnaient le sommeil. En zappant comme une malade, je suis tombée sur Edith…

Mama !!! Je vous assure que la femme là m’étonne toujours. De plus en plus même…Elle était là, assise avec son éternelle coiffure. Je ne sais pas si c’est par chicheté pour les coiffeuses, si c’est le partage du même grimba que Chantoux ou si c’est juste un style à elle…Toujours est-il que sa tête est tout le temps pareille. Je disais donc qu’Edith était là, avec sa coiffure de tous les jours, décontractée devant un Thierry Ngongang aussi embrouillé que d’habitude.

Et vous savez quoi…Elle s’est mis à faire ce que peu savent faire…faire rêver. Ngongang voulait absolument nous faire croire qu’il l’avait invité là pour parler d’actualité, mais Edith n’en avait rien à foutre. elle a récupéré les bêtises pour dire la seule chose qu’elle avait à dire : “Je suis votre candidate à la présidence de la République du Cameroun.” Et elle a su utiliser sa bouche comme peu de femmes savent le faire.

Là voilà donc qui nous peint un autre Cameroun possible. Où la jeunesse et l’emplois prennent un fondement plus profond et mieux organisé. Là voilà qui nous dit qu’on peut mieux organiser le secteur agricole et en faire quelque chose de bon. Là voilà qui nous dit qu’on peut évoluer du point de vue de la démocratie et des libertés. Là voilà qui nous dit qu’on peut mieux être ancré dans le troisième millénaire en faisant des TIC un véritable atout. Là voilà qui nous dit que pour tout ca, elle est la personne qu’il nous faut.

Mais surtout, là voilà qui tire sur ce qu’elle appelle le “passé du Cameroun”. Un Popol qui est “out of date” (ne me dites pas que même le petit anglais là vous dépasse…). Un Fru Ndi qui doit céder sa place à une nouvelle génération d’hommes politiques. Un RDPC qui a entrainé le Cameroun dans le retard. Des leaders politiques qui distraient la population…Tout cela, hop au passé.

Elle a valsé sur ses rapports avec Clinton…Ses rencontres avec Bill Gates…Ses connexions à travers le monde…la tradition africaine qui supporte les femmes leaders non mariées…ses pères Um Nyobé ou Félix Moumié…bref, tout était bon pour produire l’effet “Kah Walla, c’est elle qu’il nous faut !“.

Vous saviez qu’Edith est une Anglose ? Je sais, son Français est extraordinaire même si comme tous les Anglos qui se respectent, elle mélange les accords et confond quelques conjugaisons. Mais bon, vous les Francophones là, incapable même de dire une phrase en Anglais, excusez les gens !

En tout cas, j’ai wanda en écoutant les mails que Ngongang lisait. Il semble qu’il y’a quelques spectateurs qui n’avaient d’yeux que pour sa poitrine…Et ses belles rondeurs…Pardon mama Edith, c’est comme ca quand on est une femme…Il y’en a qui n’arrive pas à écouter ce que vous dites, mais qui voient tout ce que vous ne montrez pas…Il semblait aussi que quelques femmes bien jalouses en voulaient bien à Edith de jouer ainsi les stars présidentielles…Mama Edith, quand une femme veut monter, ses premiers ennemis ce sont souvent les femmes…Tu devrais le savoir…

Finalement, j’étais plutôt ravie d’écouter ces nouveaux discours, ces quelques chose de neuf…Même si bon, au pays là, on a déjà tout entendu jusqu’à ce que vienne la mangeoire…ne cherchez pas plus loin que dans un de nos fameux ministère de la communication avec un de nos anciens opposants les plus radicaux, aujourd’hui la bouche bien pleine…

J’espère que de bonnes chose vont ainsi continuer avec d’autres personnes sérieuses.

Publicités