C’est quoi ce 08 mars ? Ne posez pas trop la question. Parce que la réponse, on s’en fout. On va se contenter de dire que c’est une journée dédiée pour célébrer la femme…Les comment et pourquoi des choses, ce n’est pas important. Ce qui l’est par contre, c’est que le 08 mars, on fait la fête. surtout au Cameroun où fêter, est un art que le moindre bébé sait réaliser avec maestria. Démonstration.

 

Tout commence avant le 08 mars. Deux à trois semaines avant. Quand la fièvre du “pagne du 08 mars” commence à monter. Première étape, il faut rappeler à ces messieurs que le 08 mars arrive bientôt et qu’il n’y a pas de 08 mars sans “pagne du 08 mars’. Le petit ami se verra priver de sexe, le second petit ami lui aura droit à des bouderies et le troisième petit ami à des SMS systématiques. Si aucun des trois ne réagit, ce sera toujours l’occasion de se laisser draguer par n’importe quel gars…du moment où c’est pour la bonne cause…le pagne du 08 mars, tous les coups sont permis.

Les femmes mariées ne sont pas en reste. Elles qui ne se font pas prier pour oublier quelques instants leur incapable d’époux, toujours à chanter les problèmes d’argent alors qu’arrive à toute enjambée l’un des moments les plus importants de la vie…celui de célébrer la femme. Il y’a toujours en réserve heureusement, le deuxième bureau…le dragueur têtu, le patron qui lorgne sur la poitrine, et l’ami de Monsieur, vrai père du petit Junior à la maison.

Donc finalement, on arrive à décrocher le fameux sésame…Sinon, on s’en fout. Au soir du 07 mars, il faut avoir la tête au 08, avec ou sans pagne. avant le 07 mars, il faut avoir la tête au pagne et tout faire pour l’avoir. C’est la règle. et pauvre conne celle-là qui sera obligée de dépenser elle-même son propre argent pour acheter ce fameux pagne…avec tous les hommes qu’il y’a à Yaoundé ou à Douala.

La seconde étape tourne entre le 06 et le 07. Il faut préparer le 08. On rappelle à Monsieur “chéri”, mari ou petit ami, quel est son devoir en ce jour. Même si c’est vrai que les hommes d’aujourd’hui n’y ont plus la tête. Ah, elle finit de plus en plus cette époque où on était fière de le montrer entrain  de faire la cuisine et le ménage…comme un trophée de guerre. Aujourd’hui, ils vous disent juste : “Pardon, ton affaire du 08 mars là, il faut m’excuser. Faites votre fête, moi je ne suis pas là.” Espèce de grincheux va ! Avec ou sans la belle scène de lui entrain de faire le ménage ou la cuisine, 08 mars, il y’aura !

et 08 mars, il y’a toujours. Même comme cette année, l’affaire de Vanessa Tchatchou a faillit gâcher les choses. Vanessa…elle ne se rend pas compte de la bombe atomique qu’elle a faillit être pour certaines femmes. Parce que le 08 mars là, c’est des enjeux colossaux qui se jouent : Rencontres avec les autres femmes pour montrer qu’on a la plus belle robe du 08 mars et surtout qu’on a un gars qui est capable d’acheter son pagne…bien évidemment, quand on l’a acheté soi-même, il faudra soi rester discrète…soit insulter tous les hommes de la terre pour affirmer le “woman power”. Défilé devant les autorités pour montrer qu’on est fière d’être femme, qu’on aime Paul Biya et qu’on s’en fout du reste. La vie est belle même si on ne sait pas exactement pourquoi on est vraiment là. Ensuite, les vraies choses arrivent. Virée au bar avec les collègues, copines et amies. On chante à tue-tête. On danse du Lady Ponce, du Sergeo Polo, du Pinguiss, du Coupé Décalé. une bière à la main, en reprenant les refrains, avec les autres femmes…enfin, avec quelques hommes aussi….eux qui ne sont pas là par hasard. embusqués dans les bars où ils savent que les femmes vont venir, ils font semblant de prendre une bière alors qu’ils n’attendent que cet instant de danse…et ils ne sont pas seuls d’ailleurs…parce que cet instant peut être déterminant pour le reste de la soirée. En effet les danses commencent tout doucement, puis fesses contre sexes, puis les reins qui tournent…Ah non voyeur, on n’est pas dans un film porno…C’est juste le 08 mars.

Quand tous ces reins, sexes et fesses se seront suffisamment excités, alors on se touche et on commence à se murmurer des mots. “Le 08 mars là, c’est chaud hein…vous les femmes vous avez le pouvoir – Et alors, vous croyiez que quoi ? Sans la femme, l’homme est quoi ici dehors ? – Tu as même raison, sans vous là, on devait faire comment. Tu fais alors comment de moi là comme c’est toi qui a le pouvoir aujourd’hui ? – Vous les hommes là vous ne pensez qu’au sexe. – j’ai dis quelque chose ? vous les femmes vous tirez toujours sur nous. Mais comme c’est votre fête là, on vous suit seulement.” Tout ceci bien sûr se fait dans la parfaite discrétion.

Deux autres bières et quelques autres mots suffisent en général pour un rendez-vous…pas vraiment galant. On s’en fout, c’est la fête.

Mais avant, en se reposant de ces dans épuisantes, on va discuter entre femmes des hommes. Ces méchants et ingrats. Qui ne savent pas reconnaitre la valeur de la femme.

Et au départ, on ira rejoindre en priorité celui qui vient de danser avec nous un bon Pinguiss pour une bonne partie de ….question de finir la boucle du 08 mars. toutes ne font pas les mêmes fins…L’étape du gugusse rencontré au bar…de l’ami du mari…du patron de Monsieur…cette étape ne fait pas partie de leur soirée…C’est plutôt retour à la maison après les festivités.

De toutes les façons, il faut toujours rapidement rentrer chez soi. Une bonne femme ne dort pas dehors le 08 mars. Elle a un mari ou un petit ami à gérer, un enfant à câliner, une femme à être ou à paraitre. Elle a une image à sauvegarder.

Le 09 mars au réveil…le 08 mars est passé. La fête était belle.

Publicités