C’est quand la dernière fois que vous avez fait un tour en boite….Ne me donnez pas le nom du pays. C’est partout la même chose. Après avoir cédé le pouvoir à des DJ Arafat, spécialiste en bruits inutiles, la Côte d’Ivoire cède à son tour la place au Nigeria. Il a fallu 2face, puis PSquare, et voilà la même stratégie qui avait porté la Côte d’Ivoire et avant elle, la RDC et le Cameroun au firmament qui élève le Nigeria : Bracket, Flavour, Omawuni, May D, Chindima…le coup fatal qui fait que désormais, quel que soit votre pays, vous allez danser nigérian.

Ce n’est pas pour déplaire. Il faut avouer que la force du talent est impressionnante. Psquare a prouvé qu’il est au sommet et ce n’est pas « Cho My Money » qui va démontrer le contraire. Mais franchement, comment ne pas s’extasier devant l’immensité du talent d’une Chindima avec un Kedike à la limite de la perfection. Comment ne pas tomber à la renverse quand Omawuni vous exploite James Bond au sommet dans If you Ask me.

Oui, le Nigeria s’impose et qu’on le veuille ou pas, il va falloir faire avec cette nouvelle musique faite d’imagination, d’audace et d’excellence. Les clips n’ont rien à envier aux meilleurs de Hollywood et là dessus, Nollywood aura contribué à faire exploser le secteur.

Et le plus fort dans ça, c’est que c’est parfois en récupérant du coupé décalé que les gars arrivent à faire ce qu’ils font…multipliant les featuring avec les ivoiriens et les congolais. D’ailleurs, sous quelques jours, ce sera la fin de ces danses…le Ghana vient de fournir la prochaine danse à la mode en Afrique à ces nigérians : l’Azonto….oui, oui, regardez bien les pas de danse qui commencent à se multiplier sous ces clips, ce sont bel et biens ceux de l’Azonto, cette danse traditionnelle ghanéenne que Fuse ODG a réussi à rendre moderne et populaire.

Ah, la musique africaine continue son histoire. Pas moyen d’aller contre elle.

Publicités