J’en avais trop entendu parler depuis le dernier FESPACO. Mais jamais je n’avais trouvé le temps de chercher le CD ou de regarder le film. Et puis finalement, j’ai cherché le film et je l’ai regardé.

BENTI_Jeanne_2012_aka_ICHIA_Norma

Ntamack a fait fort ! C’est ma première réaction. Je l’avais vu comme acteur dans « Confessions », un film bon, mais décevant. De belles scènes, des bons cadres, mais un truc un peu trop terne et un scénario qui aurait franchement pu être meilleur.

Mais pour le Blanc d’Eyenga, l’acteur était trop fort. Quant au réalisateur, c’est un véritable exploit qu’il a fait. D’abord, tout le casting est simplement magnifique. Chacun des acteurs a su donner ce qu’il fallait pour rendre l’histoire vivante…Même le « blanc » de l’équipe (André Sureau). J’aurais apprécié en particulier la performance des deux principales femmes du film, Eyenga et sa tante (Norma Mbenti et Brigitte Massan à Biroko). Ce que j’apprécie chez Brigitte, c’est son style très Serange Mebina  (Mama Hélène de Jean Miché Kankan et une des formatrices de Thierry Ntamack).  J’ai aussi beaucoup aimé le retour sur écran de Tamar Tientcheu qui avait déjà suscité mon respect dans « Les Déballeurs ». Elle fait clairement partie de l’avenir du cinéma camerounais.

Quant au fond, le film est une véritable démonstration que l’on peut faire de l’art sans trop vouloir en mettre plein la vue tout en restant original. C’est vrai qu’il surfe sur un thème bien connu ou d’autres belles productions camerounaises ont eu du succès (Paris à tout Prix par exemple), mais il a su se l’approprier de manière singulière. Par ailleurs, le film ne donne pas de répit…il donne envie d’être vu jusqu’à la fin…bref, on ne s’ennuie pas une seconde devant ce chef d’œuvre fait pourtant de beaucoup de simplicité.

Sur la forme, les cadrages sont excellents, les lieux des scènes bien choisis…bref une véritable rationalisation de l’espace, du temps et des moyens.

Il y’a des points où on aurait peut-être pu faire mieux : Mais là, le travail effectué ne me semble mériter qu’on s’y attarde.

Je crains cependant que le réalisateur ne fasse la bête erreur de certains. S’arrêter à ce qui a marché et le moudre à plusieurs grains avec une version 2, version 3 et acte toujours…qui ne peuvent que rendre tout le travail abattu très triste…

En tout cas good job les gars. En attendant, je donne 9/10.

Publicités